ecoles freinet


07 janvier 2013 - Freinet ○ L'école moderne de Célestin Freinet ○ La fabrique de l'Histoire


Emission de France culture, la fabrique de l'histoire, 7 janvier 2013 : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/education-14

Illustrations trouvées sur le net. Petits dessins de :

 - Jack sur le site Danger Ecole : http://dangerecole.blogspot.com/

 - Jacques Risso : http://jacques.risso.free.fr/

Petit cadeau : le site de Tévélis, un prof à l'envers... des tranches de vie d'école qui me font mourir de rire : http://unprofalenvers.fr/

L'école moderne de Célestin Freinet en 1958 :

Un documentaire de Séverine Liatard et Séverine Cassar Célestin Freinet est un pédagogue français né à la fin du XIXème siècle. Issu d'un milieu rural, sa jeunesse se déroule au sein de la communauté paysanne dans une région pauvre des Alpes maritimes. L'expérience pastorale sera pour Freinet le leitmotiv de son expérience éducative. Il entre à l'école normale d'instituteur de Nice. Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé. Grièvement blessé au Chemin des Dames, il ne se remet pas complètement de ses blessures et gardera toute sa vie le souffle court auquel il attribue lui-même, pour partie, la nature de ses innovations en matière d'enseignement. Sa pédagogie est fondée sur différentes techniques : classe-atelier, classe-promenade et observation du milieu naturel ; production de textes libres ; imprimerie et édition d'un journal ; correspondances interscolaires ; individualisation du travail et coopération dans l'apprentissage ; suppression de la notation ...

Lors de cette séance publique qui se déroule à Neuchâtel en 1958, Célestin Freinet présente à des parents et à des enseignants les lignes directrices de son enseignement. Dès les années 1920, il met en pratique avec sa femme Elise, l'essentiel de ses méthodes qui ne sont pas toujours bien comprises. Célestin Freinet va d'ailleurs quitter l'Education nationale pour fonder sa propre école à Vence en 1935 : une école privée, laïque et prolétarienne.

Le mouvement Freinet prend forme peu à peu avec la mise en commun des expériences de chacun et la tenue de congrès réguliers, la publication de revues pédagogiques comme La Bibliothèque du travail, les Brochures d'éducation nouvelle populaire ou Techniques de vie ou la création après la seconde guerre mondiale, de l'Institut coopératif de l'Ecole moderne (ICEM) et en 1957, de la Fédération internationale des Mouvements de l'Ecole moderne (FIMEM).

Avec les témoignages et les analyses de Guy Goupil et Michel Barré (anciens instituteurs du mouvement Freinet) et Philippe Meirieu (professeur de sciences et pratiques de l'éducation à Lyon II).

L'école est un enjeu fondamental de la lutte des classes :

Ce n'est pas d'aujourd'hui que date la lutte pour une école démocratique et au service du peuple. Nous qui avons développé, aménagé, inventé, réinventé une école par le peuple et pour le peuple en appliquant et adaptant sans cesse les idées de Célestin Freinet, Cousinet et même celles de Makarenko nous avons subi l'opprobre et la mise à l'écart. Pourtant nous pouvons dire que nous avons vu nos élèves réussir et devenir des citoyens à part entière là où bien d'autres ont échoué. On a toléré ces méthodes dans les classes dites d'enfants inadaptés, elles auraient été profitables dans tous les cycles d'enseignement.

En fait l'école depuis sa création a toujours été au centre des luttes de classe. Le capitalisme a su tiré profit de l'obligation scolaire pour tenter de formater les esprits. Grâce à des enseignants conscients de leur mission l'école a résisté. Le vent de folie libérale qui balaie tout sur son passage pourrait bien aujourd'hui avoir raison de ce qui reste de cette école de la république au service du peuple et du citoyen. la résistance est un devoir et une nécessité.

Maryvonne Leray